Les chaussures du père Noël

carte postale, source wikimedia commons.

Vendredi 22 décembre : une pluie fine et froide tombe imperturbablement sur la ville. Max n’est pas de bonne humeur. L’imminence des vacances, que ses parents ne cessent de lui rappeler depuis le début de la semaine, ne parvient pas à le consoler. C’est comme si une pellicule grise recouvrait l’univers tout entier : gris le sapin couvert de boules pailletées et de guirlandes en papier argenté, gris le père Noël qui sourit au élèves sur le pas de la porte de l’école depuis le début du mois de décembre, gris le sourire de sa mère qui ne semblait pas plus enjouée que lui au petit-déjeuner. Et la journée n’a pas commencé sous les meilleures auspices. Sa maîtresse doit aussi manquer d’inspiration en cette fin de période : elle n’a pas trouvé mieux qu’une activité de coloriage. Max déteste le coloriage. Il trouve cela terriblement ennuyeux et se sent toujours un peu ridicule avec ses feuilles à moitié remplies de couleurs criardes maladroitement agencées. Evidemment la maîtresse n’a pas l’air contente et lui reproche sa lenteur et son manque de concentration. Or Max déteste qu’on lui fasse des reproches. Il n’a besoin de personne pour se rendre compte que le résultat obtenu n’est guère satisfaisant : qu’y peut-il, lui, s’il ne voit pas l’intérêt de ce que tous les autres semblent trouver si amusant ?

Bref, l’humeur de Max ne fait que s’obscurcir tout au long de la journée et quand l’heure de la traditionnelle visite du père Noël approche, Max a depuis longtemps pris la décision que la venue du bonhomme ne le concernait pas. De toute façon, il n’a jamais aimé les pères Noël. Quand il était plus petit, ils lui faisaient peur. Ils se cachait derrière ses parents à l’approche de la moindre barbe blanche. Ceux-ci riaient de bon cœur, ignorant la peur qui lui tordait le ventre, et lui expliquaient entre deux éclats de rire que le père Noël était gentil, qu’il amenait les cadeaux aux enfants. Au début cette révélation avait inquiété Max : il se demandait si des présents émanant d’un tel personnage étaient bien recommandables. Mais il avait constaté que les cadeaux de Noël valaient bien ceux de son anniversaire, et que, finalement, le grand bonhomme rouge devait être plutôt bienveillant. Aujourd’hui Max n’a plus peur bien sûr. Mais il ne comprend pas l’intérêt de cette marée de manteaux rouges : après tout, le père Noël doit être bien surchargé à cette période, encore plus que son papa qui prépare l’inventaire de fin d’année, alors, pourquoi s’embête-t-il en plus à visiter les écoles et prendre des photos avec des enfants qui toussent ? Max ne comprend pas et n’a pas envie de comprendre. Le père Noël de ce 22 décembre, il ne le regarde même pas. Tout ce qu’il voit ce sont ses chaussures. Et Max se dit que ce ne sont pas de très belles chaussures pour un père Noël. Sur les dessins, il porte généralement de belles bottes rouges et blanches assorties à son manteau. Ces chaussures là sont terriblement banales : marron, à lacets, avec une petite décoration en arabesque. Elles lui disent quelque chose… Mais, après tout, il pleut et il ne fait pas très froid pour une fin décembre, les bottes n’auraient certainement pas été très confortables.

 

Heureusement, les mauvaises choses ont une fin. Cette piteuse journée s’est achevée et les vacances sont, enfin, arrivées. Pour Noël, toute la famille de Max se retrouve dans un grand gîte au milieu de la montagne. Il a fallu décorer la salle à manger et installer le sapin. Il est immense ! Jamais Max n’en a vu un aussi grand ! A part sur la grand place bien sûr, mais ce n’est pas pareil : il n’est pas à l’intérieur d’une maison et on ne peut pas le décorer comme on veut. Car ce formidable sapin, Max a pu le décorer lui-même, aidé de ses cousins et cousines. Heureusement qu’ils étaient plusieurs car les réserves de décorations amenées par les uns et les autres suffisent à peine à faire honneur à ses augustes branches. Depuis, Max passe des heures à admirer le chef d’œuvre familial. Il croit parfois voir les petits personnages prendre vie. L’ange au violon, l’écureuil clarinettiste et le petit tambour entonnent des chansons de Noël qui font danser et rire les santons de la crèche et le père Noël en aluminium qui décore la pointe du sapin. Les oiseaux pépient et se promènent de branche en branche : Max jurerait qu’ils ne sont pas au même emplacement qu’hier. Le petit bonhomme de pain d’épice semble rire et défier l’assistance en entonnant à tue-tête sa célèbre chanson.

La veille de Noël chacun dépose ses chaussures au pied du sapin : un belle ribambelle de souliers ! Tout le monde rit et disserte sur la taille supposée des tas de cadeaux à venir. Normalement le sujet devrait hautement intéresser Max, mais il n’entend plus rien. Là, au milieu de l’alignement de chaussures, sans qu’il ait vu comment elles étaient arrivées, il reconnaît les chaussures du père Noël. Pas les bottes rouges des gravures bien sûr, non, celles du vrai père Noël, celui qui est venu à l’école, avec leurs lacets marron et leur décoration discrète. Max a alors une idée. Alors que tout le monde s’apprête à aller se coucher, il décide… de faire un cadeau au père Noël. Après tout, s’il met ses chaussures sous le sapin, c’est qu’il doit en avoir envie. Le problème, c’est qu’il faut réfléchir très, très vite : Max doit absolument passer avant que le père Noël amène les cadeaux, sinon il ne trouvera pas son présent. Par bonheur, une idée ne tarde pas à s’imposer : à l’école, Max a fait un atelier de tricot cet automne et il a réalisé une belle écharpe multicolore ! Bon, évidemment, pour un père Noël elle est un peu courte et pas très rouge… mais rien ne dit que le père Noël s’habille en rouge toute l’année. C’est peut être comme son papa qui ne porte jamais de cravate à la maison : juste un costume de travail. Et puis cette écharpe, c’est vraiment Max qui l’a tricotée, alors il ne voit rien de plus personnel à lui offrir. Il n’a pas de papier cadeau mais il la plie soigneusement, la pose sur le dessus des chaussures et ajoute un papier sur lequel il écrit avec beaucoup d’application : « Joieu noail, père noail et merci pour toux ! Max. ».

Ce soir-là Max éprouve les plus grandes difficultés à s’endormir. Il entend des bruits à l’extérieur de la chambre mais il ne veut pas déranger le père Noël et éprouve le sentiment du devoir accompli. Il finit par s’endormir en imaginant la joie du père Noël, enfin remercié pour son travail de chaque année.

Le lendemain matin, il se réveille si tard qu’on a fini par ouvrir les cadeaux sans lui. « On ne voulait pas te réveiller, lui dit sa mère, tu semblais si bien dormir. Mais, vraiment, tes cousines n’y tenaient plus. » Max est bien sûr très intéressé par la pile de paquets multicolores qui décore ses chaussures restées seules au pied du sapin. Mais il ne peut s’empêcher de noter la disparition des souliers du père Noël et… de son cadeau ! Il est tout de même un peu déçu car il espérait un signe de reconnaissance, un petit remerciement, quelque chose… un autographe du père Noël, ce n’est pas à la portée de tout le monde ! Peut-être un cadeau spécial se cache-t-il dans la pile en apparence anodine… Il s’interroge sur la meilleure façon de défaire le premier paquet, enveloppé dans un ensemble compliqué de rubans et de papiers autocollants lorsqu’il entend retentir derrière lui la voix formidable de son oncle Joël : « Joyeux Noël Max, et merci pour ton cadeau ! Je n’ai jamais eu une aussi belle écharpe ! »

Max n’en revient pas ! Son oncle : le père Noël ! Au fond, il n’est pas si étonné que cela : il a toujours aimé ce tonton tendre sous ses airs bourrus.

« Tu as passé une bonne nuit, tonton ?

– Féérique !

– Merci tonton… pour tout ce que tu fais !

– Merci à toi Max, tu sais, sans enfants, il n’y aurait pas de magie de Noël… »

Max embrasse son tonton et se dit que, décidément, le père Noël mérite mieux que son manteau rouge…

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s